Incendie

Il existe des exigences de base légales en matière de sécurité incendie qui s’appliquent spécifiquement aux résidences non unifamiliales (par exemple, les immeubles à appartements, les écoles, les bureaux…). L’objectif de ces exigences est d’atteindre un patrimoine immobilier suffisamment sûr en matière d’incendie. En ce qui concerne les produits de construction et la construction, des exigences de réaction au feu et de résistance au feu sont d’application.

En 2012, ces exigences ont été converties de normes belges en normes européennes pour l’évaluation de la réaction et de la résistance au feu, dans le cadre de l'harmonisation européenne. À partir du 01/12/2016, la classification conformément aux normes européennes est requise.

Qu'est-ce qui ne tombe pas dans le champ d'application de la législation en matière d'incendie?
  • Les habitations unifamiliales ne doivent pas satisfaire à ces normes de base. Certaines exigences sont néanmoins posées en matière de mur mitoyen entre deux habitations (EI60, dans le cas de nouvelle construction semi-ouverte ou fermée) pour éviter de la propagation d’un incendie.
  • Bâtiments bas avec max. 2 étages et une superficie de ≤ 100 m²
  • Bâtiments existants : bâtiments avec permis de bâtir antérieur au 1er janvier 1998, bâtiments moyens et hauts avec permis de bâtir antérieur au 26 mai 1995.
  • Les rénovations de bâtiments comprises dans les catégories ci-dessus, sans extension, ne doivent pas satisfaire aux normes de base. Une fois que la demande de permis de bâtir correspondante a été approuvée , les pompiers peuvent néanmoins poser certaines conditions supplémentaires.
Qu'est-ce la sécurité incendie?
Dans le cadre de la standardisation européenne en matière de produits pour la construction et de construction de bâtiments, une distinction est faite entre deux concepts : la réaction au feu et la résistance au feu. Ces deux notions comprennent un niveau de performance et relèvent de la sécurisation passive du bâtiment.
Réaction au feu
Par réaction au feu d'un produit ou d'un matériau, on entend son comportement dans le cadre de l'apparition et du développement d'un incendie local ou jusqu'à l’embrasement généralisé éclairou le déclenchement d'un incendie généralisé. Une bonne réaction au feu permettra d’empêcher la propagation du feu et rendra l’évacuation possible. La réaction au feu d’un produit est déterminée sur base de 3 critères :
  • Inflammabilité (la classe principale, désignée par un code à lettre de A1 à F)
  • Dégagement de fumée (classe s, s1-s3)
  • Formation de gouttelettes enflammées (classe d, d0-d2)
A1 Matériaux qui ne contribuent pas au feu
(Ni avant ni après l'embrasement généralisé éclair)
A2 Matériaux qui ne contribuent pas au feu de manière significative
(Ni avant ni après l'embrasement généralisé éclair)
B Matériaux qui ne contribuent pas au feu avant l'embrasement généralisé éclair,
mais bien après
C Matériaux qui peuvent contribuer au feu avant l'embrasement généralisé
éclair après plus de 10 minutes en cas de feu localisé
D Matériaux qui peuvent contribuer au feu avant l'embrasement généralisé
éclair dans une période comprise entre 2 et 10 minutes en cas de feu localisé
E Matériaux qui peuvent contribuer au feu avant l'embrasement généralisé
éclair dans les 2 minutes en cas de feu localisé
F Matériaux testés, mais qui ne satisfont pas aux critères de la classe E
NPD Perfomance non déterminée (No Perfomance Determined)

Classe principale Description
A1 Produits ininflammables
A2
B Produits inflammables
C
D
E
F

Classe Description
S1 Formation limité de la fumée
S2
S3 Pas de formation de la fumée


Classe Description
D0 Dégagement de
gouttes illimité
D1
D2 Formation illimitée
Résistance au feu
Par résistance au feu, on entend son comportement durant un incendie totalement déclaré. Une bonne résistance au feu limitera l’incendie à la section touchée et garantira des conditions de sécurité adéquates pour l'extinction et le contrôle de l’incendie (en empêchant l'effondrement lors de l’extinction). La résistance au feu d’une construction ou d’un élément de construction, exprimée par un code à une lettre et un chiffre, se réfère à la fonction de l’élément (Séparant, non séparant/Porteur ou non porteur) et à la durée de la résistance au feu. L’évaluation selon la classification européenne se base sur trois éléments :
  • Capacité de charge Critère R - Pour constructions portantes
  • Résistance à la flamme Critère E - Pour constructions portantes/cloisonnement
  • Pouvoir isolant Critère I - Pour constructions portantes/cloisonnement
REI30 = 30 minutes de résistance au feu
REI60 = 60 minutes de résistance au feu
Exigences selon l'ar incendie
Les bâtiments sont classés en fonction de la hauteur « h » de l’étage fonctionnel le plus haut par rapport au niveau d'accès le plus bas pour les services d'incendie. Lorsque le dernier étage ne comprend que des locaux à usage technique, il n’intervient pas dans le calcul. On distingue 3 catégories de hauteur :
  • Les bâtiments bas (BB): hauteur h < 10 m
  • Les bâtiments moyens (BM): 25 m ≥ hauteur h ≥ 10 m
  • Les bâtiments élevés (BE): hauteur h > 25 m
Exigences pour des bâtiments bas selon l'AR Incendie
Les toits présentent un score de R 30, à moins d’être protégés par une finition EI30. La classe de réaction au feu requise dépend du domaine d'application de l'espace sous le toit. Découvrez plus d'info sur les éléments de toiture ECOON pour application avec exigences en matière de résistance au feu.
Exigences pour des bâtiments de hauteur moyenne selon l'AR Incendie
Les toits présentent un score de R 60, à moins d’être protégés par une finition EI30. Les fenêtres de toit sont tolérées si les exigences en matière de cloisonnement sont respectées (distance minimale de la limite de cloisonnement + EI60 pour le toit). La classe de réaction au feu requise dépend du domaine d'application de l'espace sous le toit. Découvrez plus d'info sur les éléments de toiture ECOON pour application avec exigences en matière de résistance au feu.
1. Exigences en matière de sécurité incendie des façades
  • Bâtiments industriels : aucune exigence
  • Bâtiments bas (h < 10 m) : D-s3,d1
  • Bâtiments moyens et élevés : B-s3,d1
2. Propagation de l’incendie d’un étage à l’autre : il faut limiter la propagation de l’incendie via les façades, tant par l’intérieur que par l’extérieur. Il existe, à cet effet, des exigences en matière de résistance au feu de la liaison entre le plancher et la façade ainsi qu’au niveau de l’élément de façade à hauteur du plancher. À l’intérieur, la liaison entre le plancher de compartiment et la façade doit donc présenter une résistance au feu minimale de EI 60. En ce qui concerne l’extérieur, les bâtiments bas (h < 10 m) ne sont soumis à aucune exigence, sauf s’il s’agit de bâtiments spéciaux, par exemple des écoles. En cas de bâtiment moyen ou élevé, l’A.R. prévoit plusieurs possibilités, la plus courante étant la mise en œuvre d’un élément de façade E 60 d’au moins 1 m.

3. Propagation intérieure, p. ex. dans un vide : l’A.R. actuel ne prévoit aucune exigence réglementaire ou directive univoque en la matière. En pratique, on suit les conseils des pompiers via des rapports de prévention joints au permis de bâtir. Un groupe de travail supervisé par le Service Public Fédéral Intérieur se penche actuellement sur l’amélioration des normes relatives aux revêtements de façade. La révision fera une distinction entre les bâtiments moyens et élevés de 10 à 36 m et les bâtiments de plus de 36 m. La plupart des corps de sapeurs-pompiers de notre pays disposent, en effet, de véhicules à échelle de 33 m, ce qui complique la maîtrise des incendies dans les bâtiments de plus de 36 m. Les façades ventilées devront respecter les exigences suivantes :
  • les bâtiments moyens et élevés de 10 à 36 m devront présenter une classe de réaction au feu B-s3,d1 (comme à l’heure actuelle).Des arrête-flammes continus devront, en outre, être installés au moins tous les 2 étages ;
  • des matériaux ininflammables seront obligatoires dans les bâtiments de plus de 36 m de haut. Des panneaux isolants en PIR pourront encore être mis en œuvre après que la sécurité du système a été confirmée par un test à grande échelle. Concrètement, il faudra prévoir un revêtement de façade et un système de fixation ininflammables ainsi que des arrête-flammes. Pour de plus amples informations, veuillez contacter UNILIN.
UNILIN recommande d’appliquer ces règles dès aujourd’hui : dans les nouvelles constructions visées par l’A.R., mais aussi dans le cadre des rénovations de façades.

Solutions de toit performantes tout-en-un résistantes au feu avec les éléments de toit Ecoon
La gamme Ecoon REI comprend différentes solutions systémiques adaptées sur mesure à votre projet. Outre les exigences techniques avec les niveaux de résistance au feu, les différentes classes de réaction au feu, les niveaux de performance thermique, les propriétés en matière de construction et l’isolation acoustique, différentes options décoratives sont disponibles. Les éléments de toiture Ecoon résistants au feu sont entièrement certifiés REI dans 2 niveaux de résistance au feu : REI30 (résistance de 30 minutes) et REI60 (résistance de 60 minutes). Les éléments de toiture conservent donc leurs propriétés en matière de construction (R), même en cas d’incendie. De plus, ils représentent une structure parfaitement cloisonnante : à la fois résistants au feu (E) et isolants thermiquement (I).Le noyau de mousse spécial en PIR contribue de manière active à la protection de la construction portante et conserve pendant longtemps ses propriétés thermiques.


UNILIN se fera un plaisir de vous aider avec votre project d'isolation!

EXPERT LAB

Devenez un expert en placement des éléments de toiture Ecoon grâce à l'Expert Lab d'UNILIN.